La posture

ValérieLa posture – l’âsana

« L’étirement est la prolongation de la vie. Quand vous étirez au maximum, vous ôtez les crispations.

« La posture est préventive, elle prépare le terrain à la bonne santé ».

Aphorisme Shri MAHESH

Avant tout, expliquer que je mêle à mon recul d’expérience, les aphorismes de Shri Mahesh. Véritables clés à la compréhension du yoga.

« La posture aide mais ne guide pas. – C’est le mental qui guide, c’est lui qu’il faut contrôler ».

Si vous respirez dans la posture, vous développez le côté animal ; si vous arrêtez de respirer, vous développez le côté spirituel.

Dans la posture, le mouvement n’est qu’un instrument pour la connaissance ; l’important c’est la pause.

La posture doit être stable sans douleur.

« Avant la posture, c’est déjà la posture. – Après la posture c’est encore la posture ».

Le point de départ et d’arrivée d’une posture est le nombril.

Dans les postures ou âsana nous devons visualiser les lignes que prolonge notre corps être léger.

« Dans les âsana, identifier le corps à une fleur : baisser un bras, une jambe, comme un pétale de fleur tombe au sol, sans bruit, délicatement. »

Nous devons partir du grossier vers unité du corps et mental ; dans la posture unique, le mental est contrôlé, il se pause. Liés par notre respiration, corps et mental s’unifient dans la symbolique de la posture ; nous nous projetons, à la découverte de notre être, chaque jour renouvelée.

La posture de yoga est partout et en tout. Chaque geste est le reflet de l’intérieur ».

La posture est la première étape ou premier membre du hatha-yoga, véritable démarche vers la découverte et la connaissance de soi. Nous domptons le corps physique afin de laisser la subtilité de l’être exister.

Tout en acquérant souplesse, les postures nous permettent d’être dans le préventif de santé de longévité véritable homéostasie (équilibre relatif des fonctions internes du corps).

Lors d’une séance de yoga, nous créons l’historique de nos postures. Postures opposées permettant d’imprimer dans le corps mais aussi au niveau des circuits énergétiques des positions et courant opposés et complémentaires. Chaque nœud ou chakra énergétique est stimulé différemment selon la posture.

Toujours lorsque l’on libère la posture inspirer et expirer avoir la conscience du souffle de vie qui agit au niveau des différents plan de l’être : le prâna de vie.

Différentes postures sont proposées ainsi que des postures intermédiaires afin de progresser dans son yoga. La posture est toujours liée au prâna (énergie), au souffle (respiration), aux mudrâs et aux contractions internes (bandha), aux (mantras) faits de récitations (japa) plus au moins sonores, L’étape de la méditation profonde dhyâna dans le yoga se place après la concentration dhâranâ (fixation de l’esprit sur un seul point) et avant la contemplation samâdhi.
C’est ainsi, du dedans vers le dehors et inversement que la circulation de vie est enrichissante, nourrissante. Les vibrations créées par le corps, la respiration et les répétitions de sons plus ou moins sacrés imprègnent et synchronisent le pratiquant. Nous nous plaçons en harmonie avec l’univers.