BIO

yoga-science-de-vie coeur

« La Nature est une compagne, sa grandeur sauvage et solitaire est une joie. »

Ma fille, tu ne seras pas vétérinaire ce n’est pas un métier pour les femmes! Enfant, puis en parallèle de mes études, j’ai choisi la danse contemporaine, le théâtre puis les coulisses, j’intervenais en tant que costumière et créatrice de costumes de danse et théâtre contemporains. Attiré par le jeu d’actrice corporelle, je me suis spécialisée dans le mime. J’ai découvert le hatha-yoga en 1989, j’ai suivi l’enseignement de Shri Mahesh jusqu’en 2006.

A cette époque, je travaillais avec le Mime Marceau, et il m’est apparut normal de m’ouvrir au yoga. Alors que je développais artistiquement ma vie intérieure j’ai eu un élan vers l’introspection. Ces deux phénomènes, en moi, se complétaient; que ce soit avec ou sans les mots, j’allais de l’intérieur vers l’extérieur, et inversement. Je trouvais un équilibre en étant bénévole auprès d’associations tournées vers la protection des oiseaux, des animaux, et de la biodiversité. J’appréciais particulièrement ces échanges et actions envers le développement durable : rien n’est acquis, chaque jour faire sa part.

Je fais une aparté. Quel bonheur ce jour là : Janvier 2015, l’Assemblée nationale a voté en lecture définitive le projet de loi relatif à la modernisation du droit. 
L’animal est désormais reconnu comme un « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (nouvel article 515-14) et n’est plus considéré comme un bien meuble (article 528).

Puis je laissais le mime (expressif) et la danse Butô (lâcher-prise) et le yoga ne me quitta pas, il stabilisait ma vie active et professionnelle. J’y retrouvais le tout sans le paraître: le symbolisme (la synthèse de l’être en fusion avec l’univers), le corporel (synchroniser le corps et l’esprit au souffle). Je devenais animal, minéral, objet, nature), tout en équilibrant l’homéostasie du corps (les relatifs équilibres des fonctions internes du corps). Le yoga nous amène à nous éveiller à nous-même, à notre corps, à notre mental, à notre imaginaire, et nous aide à trouver l’équilibre entre notre monde intérieur et extérieur.

« L’Inde nous rappelle que l’homme est une unité dont les différents aspects: esprit, mental, corps, doivent être développés et cultivés parallèlement si nous voulons éviter les déséquilibres. »

Par la suite lors du tronc commun Brevet d’État Sportif, je pu étudier la biomécanique, anatomie, la physiologie puis la physiologie pathologie en y intégrant la notion mental et psyché.

En 1996 je décidai de synthétiser mon savoir faire, je me suis présentée au diplôme de fin de cursus EIDYT/FFHY. Le thème de mon mémoire fut Tadasana L’ARBRE DE VIE. Je dirai que le mime de par les visualisations m’a permis d’alimenter mon yoga et le yoga m’a permis dans un premier temps, de ressentir et canaliser mes énergies et mes émotions.

Petit à petit j’acceptais mon être contemplatif et les moments de méditation devenaient plus présents dans mon quotidien. Depuis j’ai évolué vers le lâcher prise ; la contrainte d’un jour me fait évoluer pour toujours.
Aujourd’hui, le yoga passe par mon corps certes moins souple car l’alignement prend place et c’est mon être, pôle féminin et masculin qui est empreint de souplesse.

En 2004 une réflexion et un intérêt me sont apparus. Alors que j’ai dû accompagner une personne stressée, je fus prise d’un intérêt pour la relaxation (plus laïque). J’ai alors, en parallèle à mon travail, étudié les différentes approches de relaxation. J’ai ainsi retrouvé des sensations et techniques que je connaissais car beaucoup d’approches de relaxation se sont inspirées de la relaxation yogique et de sa rotation de la conscience, à la concentration et à la méditation ainsi que du nidrâ yoga, le rêve éveillé. Entre veille et sommeil qui nous permet d’expérimenter les niveaux de conscience supérieure. De la théorie j’ai trouvé un grand intérêt à les mettre en pratique: visualisations mentales, détente corporelle, conscience de ces actions mentales sur l’être et son corps, respiration, lâcher-prise et positivité de l’être, créativité de son soi enfant devenu adulte. Adulte, j’apprécie particulièrement cet espace entre l’action et réaction corporelle et mentale, cette pause avant la pensée…

C’est ainsi que de 2004-08 en Formation Continue ARTEC (agréée ISO 9001), afin de tester mes outils thérapeutiques, j’ai présenté un mémoire dans le cycle médiateur et psyché. Le sujet : Conscience du souffle en relaxation dynamique pour une meilleure unité Corps-Esprit.

En 2008 j’ai finalisé mon certificat d’aptitude à la réflexologie (dépistage et traitement) ARTEC. La même année, poussée par l’intérêt d’étudier la personne dans sa globalité, je me suis rapprochée de la FLMNE afin de suivre en naturopathie, radiesthésie ; Bilan de santé et protocole thérapeutique de A à Z.
Enfin je suis revenue vers la relaxation et en parallèle d’une analyse de neuf mois, j’ai étudié de 2009-2011 CETES. Relaxation thérapeutique et protocoles.

Depuis je continue à enrichir mon accompagnement en yoga, et développe l’entraînement au nidrâ yoga, à la méditation, à l’ayurvéda. Animatrice yoga du rire 2013-2014, j’accompagne vers le rire ensemble.

C’est en 2015-2016 alors que je devais animer un atelier d’éveil au yoga auprès d’enfants et adolescents que je me suis rapprochée du RYE afin, lors de la formation continue intensive dédiée aux professeurs de yoga « Technique de yoga dans l’éducation », de rafraîchir mon savoir faire et être auprès de ce public. Lors de ces ateliers, j’ai sensibilisé les enfants et adolescents à veiller à la prospérité et à l’égalité de tous et au respect de notre planète.

Éternelle étudiante et parce que la vie est expériences, je suis allée à la source, auprès de Swami Veetamohananda, étudier et expérimenter le nidrâ yoga selon la tradition védique.. Au fil de mon accompagnement en nidrâ yoga, j’ai utilisé la vibration du son. La vibration des mantras, diffusée, nous offre un chant d’action au niveau des points subtiles de la matière accordés à la pure conscience. Dans le lâcher prise, nous expérimentons lors du nidrâ yoga, les allers et retour de l’être matière vers l’être cosmique et inversement, et ainsi nettoyer ce dernier des filtres de l’égo. Découvrir ou retrouver son intériorité joyeuse, véritable purification des impressions du passé vers la découverte du soi. En parallèle, je reste ouverte à tous les mondes en étant coordinatrice et animatrice sociale, souhaitant enrichir mon savoir dans la méthodologie de projets éducatifs et concevoir, coordonner des projets dits d’action sociale vers différents publics .

Je suis venue naturellement à l’enseignement, suite à l’expérience de mes différents outils et approches à laquelle j’ajoute positivité et joie. Aujourd’hui, je me place dans le vécu, le partage et dans l’écoute, afin que chacun dans son développement personnel, puisse y découvrir le meilleur de lui-même.