Les drishti, Les mudrâ, les bandha

yoga-science-de-vie-main-5-elements

Avant d’expérimenter les techniques respiratoires, il est nécessaire d’expérimenter les drishti, les bandha, et les mudrâ, qui sont essentiels à la stabilité du mental.

Les drishti ont un effet bénéfice sur la vision en général et la stabilité du mental.
Les bandha stabilisent et favorisent la prise de conscience du corps, ont un effet de massage sur les organes et interviennent dans la régulation et la distribution du tonus musculaire. Ainsi les bandha ont une actions bénéfique autant au niveau du physique que plus subtil au niveau des centres d’énergie (chakra).  

Les mudrâ stabilisent le mental dans un état de non dualité.

Mudrâ. Mud signifie « plaisir » et dra « tirer en avant ». Mudra regroupe « geste, attitude, clés énergétiques. Classés en cinq catégories : Les mudra des mains (HASTA) très dispensateurs d’énergie, dont chaque doigt possède un symbolisme. Les mudra de la tête (MANAS) avec les yeux, la langue, les oreilles et les lèvres. Les mudras posturaux (KAYA) utilisant tout le corps. Les mudras de compression interne (BANDHA) situés au niveau de nœuds et passages énergétiques corporels en lien à une posture (âsana), et accompagnés du prânâyâma. Les mudra dans la région du périnée (ADHARA). Ces derniers s’inscrivent dans notre pratique naturellement lorsque l’on s’investi davantage sur la voie du yoga. Ensemble, nous unissons le corps interne et le mental. Ce sont donc des gestes, des attitudes, des états psychiques, subtils, des court-circuits, des raccourcis. Il s’agit d’un ensemble de visualisations, d’attitudes physiques, de courants praniques (souffle) pour réorienter l’énergie, de chemin de conscience.

Ce sont donc des gestes, des attitudes, des états psychiques, subtils, des court-circuits, des raccourcis. Il s’agit d’un ensemble de visualisations, d’attitudes physiques, de courants praniques (souffle) pour réorienter l’énergie, de chemin de conscience.
Mudrâ : sceau, signe, gestes. Positions qui accompagnent les postures, les contractions et le contrôle du souffle sont des techniques de concentration.

Leurs effets : Ils unissent les trois corps : physique, mental et pranique, dans la perception ils créent, un sentiment, une émotion modifiant ainsi dans la régularité ; l’attitude et le niveau de conscience en passant par son corps d’où s’en suit une libération des émotions comme la peur, l’incertitude. Au niveau de la physiologie, nous stimulons les nadis (courant,canal), les chakras (points où se rassemble l’énergie) en augmentant le prana.

Dans la pratique : Namaste Mudra, Bhairavi-Bharava Mudra, Nasikagra drishti,Hridaya Mudra, Shambhavi Mudra, Bhujangani Mudra, Vajroli Mudra, Kaki Mudra, Manduki Mudra, Tadagi Mudra, Akashi Mudra Bhuchari Mudra, Ashwini Mudra,Viparita Karani Mudra, Prana Mudra, Un Mani Mudra, Maha Mudra, Khechari Mudra, Yoga Mudra, Maha Vedha Mudra, Tadan Kriya, Passhini Mudra, Naumukhi Mudra, Shanmukti Mudra.

Bandha signifie « verrouillage, attacher, retenir captif, contracter ». Dans cette technique, deux pôles opposés yoga-science-de-vie-bandhad’énergie sont « attachés » ensemble. Par la contraction des muscles et des organes dans le corps physique, l’énergie s’accumule dans un centre où nœud particulier. Ces centres ou nœuds énergétiques sont la langue, la gorge, l’abdomen et l’anus.

Pendant la compression des bandha nous enfermons le prâna (l’énergie vitale) dans des espaces précis afin réorienter leur courant à des fins subtiles voir spirituelles. En effet, les bandha lient les canaux subtils (nadi) ou resserrent les organes.

Leurs effets : le concept des bandha opposé, dans un premier temps à celui de détente et de libération agissent donc à partir de pressions effectuées à l’intérieur du corps pour faire intervenir une libération des fonctions nerveuses, endocriniennes et du le mental.

Dans la pratique : Jivha bandha pression de la langue contre le palais pendant la rétention du souffle, Jalandhara bandha se pratique pendant la rétention; le menton est abaissé et appliqué le long de la gorge, vers le sternum, Uddiyana bandha aspiration du ventre vers l’intérieur par une forte dépression intra-thoracique créée par le soulèvement des côtes et par le maintien abdominal, Mula bandha resserrement de l’anus. Ce bandha est souvent pratiqué en même temps que uddiyana bandha. Ces trois derniers bandha sont désignés sous le nom de triya bandha (triple bandha) et préparent à l’éveil des centres psychiques.

Drishti (vision, connaissance, compréhension), deux drishti sont importants

Nasagra drishti: nasagra signifie « bout du nez » et drishti « regard ». La tête, légèrement inclinée vers l’arrière, afin que l’on puisse voir le bout du nez : le regard baissé.

Bhrumadhya drishti signifie ‘l’espace entre les sourcil ». Le regard vers le haut, fixé entre les sourcils.

Les drishti sont a pratiquer doucement et pas trop longtemps pour ne pas fatiguer les muscles des globes oculaires.